J’ai rêvé…

 

J’ai rêvé…

          D’une princesse

          Qui comblerais mes désirs,

          D’une délicatesse

          Qui saurait me réjouir.

 

J’ai rêvé…

          D’une duchesse…

          Qui pourrait me diriger,

          En me procurant tendresse

          Qui me ferait vibrer.

 

J’ai rêvé…

        D’une douce volupté

          Qui éveillerait mes sens,

          Pour mieux créer

          Ce qui sommeille en instance.

 

J’ai rêvé…

          D’une grande beauté

          Qui transpercerait mes pensées,

          Pour mieux me diriger

          Vers la création tant espérée. 

 

J’ai rêvé…

          D’une tendre muse…

          Ou de corps et d’esprit bien ancré

          Aurait, si je n’abuse

          La perfection que j’ai espérée.

 

 J’ai rêvé…

          A représenter amour et volupté

          Aux sentiments purs et profonds

          Pour à tous les crier

          Afin que l’on découvre mes sensations.

 

J’ai rêvé…

          Et j’ai trouvé

          Cette muse auquel j’ai tant espéré.

          Maintenant : elle est ici représentée

          Et vous tous, moins que moi, pouvez l’admirer.

 

J’ai rêvé…

         Mais elle m’a quittée.

 

Retour