Appréhension très vive.

 

 

 

Dans un songe, approchant la réalité :

Mon esprit voguait dans les champs immenses

Contournant ici une pierre bien cachée

Pour mieux progresser d’un état voisin de la transe.

 

De cette appréhension très vive

Semblait me côtoyer mille et une douceur.

Un parfum délicat me rendait de joie ivre

Tout en contournant les obstacles de grandeurs.

 

Attiré par ces odeurs si douce,

Mon esprit découvrit un vaste champ de fleurs.

Longtemps, chacune m’attirait hors brousse,

Pour me diriger vers la splendeur.

 

Chacune plus jolie que l’autre,

Je ne pouvais en faire un choix.

Je devenais en quelque sorte l’apôtre

De la tendresse, que l’on  y voit.

 

Mais en ce jour, la plus douce des fleurs

S’épanouis devant moi…elle est magnifique.

Soudain ; je m’éveille…tout en douceur.

Je ne rêvais pas. Devant moi était la plus idyllique.

 

De cette appréhension très vive

S’est présenté à moi

Cette perle qu’est cette gente dame, attentive

Aux ébats qui vibrent en moi.

 

Et j’en espère une suite ….

 

 

                                                                 Retour